AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez|


waging my wars behind my face and above my throat + aegon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Gwayne Blackfyre
BEING BADASS AIN'T EASY
SO MANY JEALOUS BITCHES
avatar

BEING BADASS AIN'T EASY  SO MANY JEALOUS BITCHES


KISS ME LIKE YOU WANNA BE LOVED ☩ Settle down with me and I'll be your safety, you'll be my lady. I was made to keep your body warm but I'm cold as the wind blows so hold me in your arms. ♝/♜ Lukyane


ϟ ÂGE : 19 ans
ϟ ALLÉGEANCE : Les de Lioncourt, mais surtout la cause rebelle.
ϟ EPOUVANTARD : Ses proches réduits à l'état d'esclave par sa faute.
ϟ MIROIR DU RISED : Lui et ses amis vivant dans un monde libre, sa main serrant délicatement celle de Luke.

MessageSujet: waging my wars behind my face and above my throat + aegon Ven 25 Juil - 21:14



BEHIND MY EYELIDS ARE ISLANDS OF VIOLENCE. MY MIND'S SHIPWRECKED, THIS IS THE ONLY LAND MY MIND COULD FIND. I DID NOT KNOW IT WAS SUCH A VIOLENT ISLAND FULL OF TIDAL WAVES, SUICIDAL CRAZED LIONS. THEY'RE TRYING TO EAT ME, BLOOD RUNNING DOWN THEIR CHIN AND I KNOW THAT I CAN FIGHT OR I CAN LET THE LION WIN.
▲▼▲

Le jeune sang-pur ne savait pas ce qui l’avait mené jusqu’aux écuries. Surement un besoin de se sentir seul, sans pourtant l’être totalement. Surement le besoin de réfléchir, pouvoir panser ses blessures sans personnes pour tenter de l’épauler ou de l’enfoncer. Parler avec Jaime avait aidé Gwayne qui, incapable de passer outre son entrevue avec Morrigan, essayait tant bien que mal d’occulter la douleur des mots échangés, la douleur de ses maux surtout. Brossant un cheval, le canasson surement d’un sang-pur ou d’un noble trop occupé que pour lui apporter un semblant d’attention, le Blackfyre se rendait bien compte qu’il s’agissait du travail si bien attribué aux esclaves. Néanmoins, il s’entêtait et passa une bonne partie de son après-midi aux écuries. Finissant allongé à même la paille fraichement déposée là, le brun profitait du temps clément, une brise légère de vent qui rendait les écuries bien agréables. Allongé nonchalamment dans la paille, fixant le plafond en bois de la bâtisse, des chevaux autour de lui, le jeune garçon semblait paisible. L’espace de quelque heures il avait réussi à oublier pas mal de choses. La rébellion, Lukeria et leurs difficultés à communiquer,  Morrigan qui le rejetait. Allongé là, profitant de rien de plus qu’une brise tiède et du temps qui coulait librement, le brun aurait pu rester là encore des heures durant s’il n’avait entendu les bruits de pas de quelqu’un s’approchant. Se redressant sans se presser, il posa ses yeux sur le nouveau venu qui n’était autre que son grand-frère. Aegon Blackfyre en personne. Le futur faire valoir du roi, la fierté de la famille Blackfyre. Ne pouvant s’empêcher de rouler des yeux, Gwayne se leva avant de tapoter ses vêtements pour retirer les quelques grains de pailles s’étant pris ci et là dans les plis de tissus. Sans même qu’Aegon ne doive ouvrir la bouche, le plus jeune des deux Blackfyre pouvait imaginer sans mal ce que ce dernier pouvait bien vouloir lui dire. Rien qu’à observer cet air méprisant qu’il arborait sur son facies accompagnant son port altier, il savait. Comme il avait toujours su que ce garçon, même si le sang les liait, n’était rien d’autre qu’un inconnu. Une personne avec laquelle il avait été élevé, mais qu’il n’avait pourtant jamais comprise. Jaime lui était son frère. Le De Lioncourt s’apparentait plus à une famille pour le serpentard que ce qu’Aegon avait bien pu jamais le faire. Il existait une telle animosité entre eux. A croire que la tension dans la pièce augmentait à chaque fois qu’ils étaient obligés de se côtoyer. Comme deux pôles d’un aimant se repoussant de toutes leurs forces. Le sourire de petit con bien placé de son grand-frère, comme toujours, irrita Gwayne qui luttait pour ne pas rentrer dans le petit jeu de son frère. Ce dernier prenant bien trop de plaisir à pourrir sa vie que pour lui offrir une reddition aussi rapidement. Cela ne faisait que dix neuf ans qu’il devait supporter l’enflure qui lui servait de frère. Il était habitué à ses sourires en coins méprisant, son air supérieur en toutes circonstances et le sadisme qu’il lui appliquait si volontiers. Aegon était comme une image en négatif de Gwayne. Son opposé. Là où les idéaux du plus jeune de la fratrie étaient nobles et dépourvus d’intérêt personnel, son frère semblait vivre par intérêt. Pourquoi donc serait il si conquis par la cause royaliste ? Le plus vieux des deux Blackfyre représentait tout ce contre coin se battait son petit frère. Tout ce pourquoi il avait décidé de rejoindre une cause qu’il jugeait noble. Tout séparait donc ces frères déchirés depuis toujours. Seule une mince corde nouée autour de leur cou les reliait à leur famille, les Blackfyre. Lien sans lequel les deux ne seraient que deux inconnus se méprisant pour ce qui les fait. Longuement Gwayne c’était demandé comment il avait pu naître avec un pareil frère, dans une pareille famille. A croire que, même si fait de la même argile, le hasard, la vie, le monde avait décidé de faire de ces deux êtres deux personnes que tout oppose. Deux frères voués à se déchirer du début à la fin. « Tu peux m’épargner ton refrain méprisant, je le connais par cœur, on ira plus vite si tu craches ton venin directement. » Un sourire blasé aux lèvres, Gwayne fixait son grand frère en attendant que ce dernier ne commence à l’attaquer verbalement. Il préférait toujours recevoir le premier coup afin de pouvoir riposter que de le donner, ça lui donnait un certain avantage. Sauf que cette fois, le brun ne se doutait pas de l’atout que son frère avait dans sa manche. Une information capable de faire s’effondrer le château de carte sur lequel reposait sa quiétude actuelle.


WE ARE THE GREATEST PRETENDERS IN THE COLD MORNING LIGHT
I was the match and you were the rock, maybe we started this fire. We sat apart and watched all we had burned on the pyre. Do you understand that we will never be the same again? The future's in our hands and we will never be the same again. Flames – they licked the walls, tenderly they turned to dust all that I adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Aegon Blackfyre
BEING BADASS AIN'T EASY
SO MANY JEALOUS BITCHES
avatar

BEING BADASS AIN'T EASY  SO MANY JEALOUS BITCHES

ϟ ÂGE : vingt et un ans.
ϟ CURSUS : huitième année, arts du combat.
ϟ ALLÉGEANCE : les royalistes.
ϟ BUT : tuer ses opposans, tout les esclaves et séduire un maximum de filles.;
ϟ EPOUVANTARD : la déchéance, la défaite, le déclin.
ϟ PATRONUS : un énorme loup.
ϟ MIROIR DU RISED : au sommet de l'élite sorcière, des esclaves aux pieds et son cher endymion à ses côtés.

http://31.media.tumblr.com/tumblr_m7zh1ujnhH1rv1mkjo2_250.gif

LOVE IS A REVOLUTION
RELATIONS:
JOURNAL INTIME:
MessageSujet: Re: waging my wars behind my face and above my throat + aegon Sam 16 Aoû - 20:10

Tu ne te rappelais plus à quel moment tu avais commencé à détester Gwayne, à lui mener la vie dure et à te battre avec lui. Cela devait remonter à vos jeunes années, pour un motif futile. Il n'avait probablement pas voulu faire l'esclave pour que tu puisses le maltraiter et tu ne lui avais jamais pardonné. Depuis toujours, et à jamais, ton jeune frère restait ton ennemi éternel. Vous étiez faits pour vous haïr et pour vous déchirez. Tout vous opposait, vous étiez les deux faces d'une même pièce. Infiniment proches et pourtant si différents. Et tu avais fini par accepter les choses, par les préférer ainsi. Tu n'avais pas à te préoccuper de Gwayne, à veiller sur lui. Tout ce que tu avais à faire, c'était lui pourrir la vie et dieu seul savait à quel point tu excellais dans ce domaine. Tu étais même allé jusqu'à te rapprocher des jumelles Ravenclaw pour lui faire du mal. Tu ne reculerais devant rien pour lui faire du mal. Pour heurter ses doux petits sentiments de rebelle. Tu le haïssais. Tu le haïssais de vous faire ça, à toi et ta famille. Les liens du sang passaient avant tout, excepté peut-être ta loyauté pour Endymion. Et Gwayne n'en avait que faire. Il traitait bien les esclaves et préférait traîner avec les de Lioncourt et autres bandits du genre. Il avait tord, sur toute la ligne. Il n'avait pas compris où se trouvaient les véritables valeurs qui régissaient ce monde. Non, Gwayne n'était qu'un petit idiot, embrigadé dans une pseudo-résistance. Il allait tomber. Et de haut. Car tu ne les laisserais jamais, ô grand jamais, gagner, lui ainsi que ses acolytes. Ils devraient te passer sur le corps pour faire tomber la famille royale. Les Peyredragon étaient faits pour être au pouvoir et ils le seraient toujours. Tu avais maintes fois essayé de ramener ton frère à la raison, mais c'était un discours de sourd. Vous étiez aussi têtu l'un que l'autre. Et surtout, aussi attaché à votre propre camp. Tu aimais Siv, Ashara et Faye, tout autant que Gwayne avec Rosehei ou Jaime. Et même si tu aurais pu agir comme si ton cadet n'existait pas, tu n'y arrivais pas. Tout bonnement. Tu te devais de lui pourrir la vie. C'était comme un besoin viscéral. Ainsi, en le voyant se diriger vers les écuries, tu n'avais pas pu résister à l'envie de le suivre. Tu aimais connaître son quotidien, ses fréquentations. Car après tout, il restait tout de même ton frère. Et tu ne désespérais pas de le regagner un jour à ta cause. Notamment en utilisant l'argument de ces adorables jumelles pour qui il semblait éprouver une violente affection. En pénétrant au sein des écuries, l'odeur de crottin t’assaillit les narines et tu te rappelas soudain pourquoi tu n'y mettais jamais les pieds. Tu te la jouais peut-être comme un monsieur muscles, n'empêche que tu ne pouvais t'empêcher de te montrer précieux, parfois. Et Gwayne était là, négligemment installé dans la paille. A cette vue, tu ne pus t'empêcher de grimacer. Il était un Blackfyre, après tout. Il aurait du savoir se tenir un peu mieux et ne pas ressembler à un esclave. « Tu peux m'épargner ton refrain méprisant, je le connais pas cœur, on ira plus vite si tu craches ton venin directement. » Un petit sourire amusé étira le coin de tes lèvres. Vous aviez beau être en guerre, tu ne pouvais nier que Gwayne te connaissait plutôt très bien. Tu avais du être une vipère, dans une autre vie. Mesquin, tu adorais appuyer là où ça faisait mal. Et tu tenais, à ce moment précis, un venin qui allait empoisonner l'existence de ton frère chéri. « Oh, voyons, Gwayne. Un tel discours me blesse. Je ne venais pas cracher mon venin, simplement prendre des nouvelles de mon frère adoré. » Tu t'appuyas contre le chambranle d'un box, dardant ton regard noir sur le cadet. Tu avais envie de le frapper jusqu'à lui remettre les idées en place, cependant, tu doutais que cela soit bien perçu par la société sorcière. De plus, tu ne voulais pas encourir le risque d'un soulèvement des rebelles, tout minime soit-il. « Je me suis dit que nous pourrions peut-être passer du temps avec les jumelles Ravenclaw, non ? Lukeria est une si bonne amie et Morrigan affole le mâle en moi. Oh, mais attends … Suis-je bête, tu ne leur adresses plus la parole. C'est tellement dommage. »


there are no heroes, in life, the monsters win
chaos has come again ✻ no matter what we breed, we still are made of greed. this is my kingdom come. when you feel my heat, look into my eyes, it's where my demons hide. don't get too close, it's dark inside, it's where my demons hide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Gwayne Blackfyre
BEING BADASS AIN'T EASY
SO MANY JEALOUS BITCHES
avatar

BEING BADASS AIN'T EASY  SO MANY JEALOUS BITCHES


KISS ME LIKE YOU WANNA BE LOVED ☩ Settle down with me and I'll be your safety, you'll be my lady. I was made to keep your body warm but I'm cold as the wind blows so hold me in your arms. ♝/♜ Lukyane


ϟ ÂGE : 19 ans
ϟ ALLÉGEANCE : Les de Lioncourt, mais surtout la cause rebelle.
ϟ EPOUVANTARD : Ses proches réduits à l'état d'esclave par sa faute.
ϟ MIROIR DU RISED : Lui et ses amis vivant dans un monde libre, sa main serrant délicatement celle de Luke.

MessageSujet: Re: waging my wars behind my face and above my throat + aegon Jeu 28 Aoû - 22:31



BEHIND MY EYELIDS ARE ISLANDS OF VIOLENCE. MY MIND'S SHIPWRECKED, THIS IS THE ONLY LAND MY MIND COULD FIND. I DID NOT KNOW IT WAS SUCH A VIOLENT ISLAND FULL OF TIDAL WAVES, SUICIDAL CRAZED LIONS. THEY'RE TRYING TO EAT ME, BLOOD RUNNING DOWN THEIR CHIN AND I KNOW THAT I CAN FIGHT OR I CAN LET THE LION WIN.
▲▼▲

Gwayne avait passé sa vie à apprendre à se défendre face à son frère. La souffrance était une chose qu’il avait appris aux côtés d’Aegon. Il avait connu beaucoup de douloureuses émotions à cause de son frère. Ce qui le tourmentait surement le plus était la haine. Cette haine viscérale qui consumait le plus jeune des deux Blackfyre à chaque fois qu’il devait faire face à son ainé. Jamais l’animagus n’avait désiré avoir une relation aussi toxique avec un membre de sa famille. Sauf que tout les séparait. Leurs idéaux, leurs personnalités. Ils étaient le jour et la nuit. Le blanc et le noir. Cela faisait longtemps que Gwayne avait rendu les armes, acceptant celui qui serait à jamais son frère de sang. Il aurait aimé l’aimer. Sincèrement. Il aurait aimé trouver quelque chose à aimer chez Aegon. Pourtant, tout en son frère le répugnait. De sa stature bien trop altière, à sa démarche suintant la noblesse. La manière dont il portait ses habits d’apparats avec une fierté écœurante. Tout en son ainé lui rappelait à quel point ils ne se ressemblaient absolument pas. Pourtant, tout ce que le plus jeune des Blackfyre aurait aimé c’est d’avoir un frère pour le comprendre, le soutenir. Pas tout le temps. Il n’avait pas besoin de ça en permanence. Mais de temps en temps ça aurait été plaisant. Pouvoir se tourner vers un proche et savoir qu’il pouvait compter sur lui envers et contre tout. Cette personne n’était pas Aegon, cette personne ne le serait jamais. Gwayne avait appris très jeune qu’il ne trouverait jamais rien d’autre que de la haine et un désir de faire souffrir à son égard. Il n’était pas idiot, encore moins le genre à se jeter pour des causes perdues. Cela faisait bien longtemps qu’il avait abandonné l’idée de pousser son frère à faire amende honorable. Il avait accepté le fait d’être né dans la mauvaise famille, d’être une personne différente de ce que les siens désirait. Peu importait ce que Aegon pouvait lui dire, il était intouchable à cette rancœur bien trop vieille. Du moins le pensait il. « Oh, voyons, Gwayne. Un tel discours me blesse. Je ne venais pas cracher mon venin, simplement prendre des nouvelles de mon frère adoré. » Une grimace étira les traits du Blackfyre allongé dans la paille. Se remettant sur ses jambes, le brun dépoussiéra de quelques vifs gestes de ses mains sa tenue, sous le regard réprobateur du sorcier lui faisant face. Tout n’était qu’apparence aux yeux d’Aegon. Même lorsqu’il torturait son frère il le faisait toujours d’une manière irréprochable. « Ton frère adoré va très bien. Pourquoi n’irais pas tu rejoindre le roi de ces lieux histoire de lui lécher les bottes pendant que ton frère trouve quelque chose de mieux à faire que perdre son temps avec toi ? » Toujours cette politesse de façade. Ce soin du mot. Autant Aegon était obligé de se maîtriser, autant son frère refusait de craquer face à ce dernier. Prêt à abandonner là l’indésirable, Gwayne s’arrêta néanmoins dans son élan lorsqu’il entendit la première phrase de son antonyme. « Je me suis dit que nous pourrions peut-être passer du temps avec les jumelles Ravenclaw, non ? Lukeria est une si bonne amie et Morrigan affole le mâle en moi. Oh, mais attends … Suis-je bête, tu ne leur adresses plus la parole. C'est tellement dommage. » C’était idiot. Complètement stupide et sot de se laisser atteindre par une provocation aussi peu dissimulée que celle-ci. Gwayne était quelqu’un d’intelligent. Quelqu’un capable de comprendre lorsqu’on cherchait le faire sortir de ses gonds. Pareil à un pauvre animal blessé qu’on poussait du doigt pour voir s’il allait réagir, il n’avait envie que d’une chose et c’était montrer les crocs. Dans sa tête, le jeune Blackfyre était déjà en train de sauter à la gorge de son frère pour lui faire ravaler ses mots. Ceux qu’il venait de prononcer, tous les autres aussi. Toutes les phrases blessantes, les insultes, les remarques déplacées. Lui faire ravaler toute la douleur qu’il lui avait causée, lui faire vivre cette souffrance. Gwayne voulait lui tenir la tête sous l’eau assez longtemps pour qu’il comprenne ce que ça faisait de se sentir perdu comme un naufragé incapable de retrouver la surface. Il voulait lui faire mal. Non, il voulait faire plus encore. Et, alors que toutes ces images traversaient son esprit, celles où il blessait son frère, lui fracassait le crane contre la porte du box, lui faisait vivre mille morts, rien ne se produisait. Son regard était vide, il était immobile face à son némésis et rien ne se produisit pendant quelques secondes, presque une minute même. Pourtant il en avait envie, ses poings crispés témoignaient de cette rage qu’il ne pouvait libérer. Son facies tordus dans une grimace énervée témoignait de la rixe que Gwayne voulait lancer. Mais ça n’était pas lui, il n’était pas comme ça. Pas assez idiot que pour attaquer de front, que pour se faire avoir aussi stupidement. « Nos parents ne t’ont pas appris que c’était très mal de mentir Aegon ? Ce n’est pas parce que tu leurs a parlé une fois ou même que tu sais j’ai quelques problèmes avec les Ravenclaw que je vais croire que tu es subitement devenu leur ami. Tu devrais plutôt trainer avec ceux de ta trempe plutôt que de prétendre pouvoir t’approcher de personnes qui ont cent fois ta valeur. » Une partie de lui refusait d’y croire. Aegon ne pouvait pas être proche de Lukeria. Encore moins n’avoir ne serait-ce qu’un infime espoir de remplacer Jaime rien qu’une seconde dans le cœur de Morrigan. Il ne pouvait que mentir. Il ne pouvait que mentir sinon Gwayne ne saurait quoi faire.


WE ARE THE GREATEST PRETENDERS IN THE COLD MORNING LIGHT
I was the match and you were the rock, maybe we started this fire. We sat apart and watched all we had burned on the pyre. Do you understand that we will never be the same again? The future's in our hands and we will never be the same again. Flames – they licked the walls, tenderly they turned to dust all that I adore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: waging my wars behind my face and above my throat + aegon

Revenir en haut Aller en bas

waging my wars behind my face and above my throat + aegon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quel comportement adopter face aux insultes ?
» A pile ou face !
» [Fan-Fiction] Le Héros Face au Sorcier
» [Hors-Sujet] Moqueries, racket, provocation... Faire face ?
» Tactique de jeu face au prochain adversaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Hell ::  :: POUDLARD & SES ENVIRONS :: les écuries-