AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez|


♛. LES ARMES SIMPLES ET MAGIQUES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Roi Smaug
WE ARE BETTER THAN YOU
NEVER FORGET THAT (PNJ)
avatar

WE ARE BETTER THAN YOU  NEVER FORGET THAT (PNJ)

KING OF THE ASHES ♛ Welcome to your life. There's no turning back. Even while we sleep, we will find you. Acting on your best behavior, turn your back on Mother Nature. Everybody wants to rule the world. (PNJ)


MessageSujet: ♛. LES ARMES SIMPLES ET MAGIQUES Dim 10 Aoû - 21:32

Les armes simples et magiques
You can clean your sword as much as you want but the blood still stains it


En temps de guerre comme en temps de paix, un sorcier sans sa baguette semble inconcevable, risible même. Il en va de même pour un guerrier sans son arme de prédilection. De tout temps, à l’intérieur des terres comme par delà les mers, les sorciers ont du se protéger. Leur baguette en main, ils ont pu repousser de nombreux opposants non pas uniquement grâce à cette dernière. Souvent archers hors paire, ou épéistes de talent, les sorciers ont toujours su combiner leur art de la magie à celui de la guerre dans son expression la plus moldue. Néanmoins, l’arme ne fait pas le guerrier. Même avec l’épée la plus aiguisée du monde, sans l’entrainement nécessaire vous ferez pale figure. Tout comme il vous serait impossible de toucher votre cible à plus de deux cents mètres si on vous mettait un arc dans les mains et que vous n’aviez pas reçu l’instruction longue et éprouvante qu’est celle d’un archer. L’arme ne fait pas le guerrier, toutefois elle le façonne à son image.
Deux types d’alliages composant les armes existent à travers le monde magique : l’alliage de type moldu et l’alliage Valkéryan. La lame dite moldue est, très simplement, un vol d’idée réalisé par un sorcier anglais au moyen âge qui se rendit compte que le forgeron d’un village moldu était capable grâce à un mélange complexe de créer une épée robuste, légère, mais incassable. S’inspirant de cette formule, il expérimenta seul chez lui avant de réaliser cet alliage complexe qu'est l'alliage dit moldu. Lui qui pensait que son nom allait être connu à travers le monde eu le malheur de raconter son anecdote sur sa découverte, ce qui donna son nom à ce type d’alliage. Les lames Valkéryan quant à elles sont le fruit complexe d’un mélange inconnu de métaux, de magie et d’un savoir faire ancestral ayant disparu avec son dernier représentant. Il est dit que durant la création d’une lame de ce type, une dizaine de sorcier scandent des sortilèges dans une langue ancienne alors que le forgerons s’attèle à peaufiner sa création. D’autres encore disent que le forgeron pendant la préparation de l’épée psalmodie des sortilèges conçu par sa famille afin que cette lame soit forte, légère, maniable et jamais ne se brise. Grisham Valkéryan, premier concepteur de lames Valkéryanne, mourut après avoir composé les trois lames de ce type les plus puissantes connues jusqu'à aujourd'hui. Ces trois épées sont les seules à ne pas avoir été perdue ou détruire. Il s'agit des épées : Excalibur, Durandal et Oathkeeper. Ces dernières respectivement en possession de la famille royale, des De Lioncourt et des Romanova.


ÉPÉE ET GLAIVE

    LES ÉPÉES - L’épée est sans doute l’arme la plus plébiscitée par les nouveaux combattants. Relativement simple à manier lors d’un premier temps, ce qui rend véritablement bon un épéiste est son apprentissage long ainsi que la ferveur qu’il met dans son entrainement. Personne n’est jamais devenu miraculeusement doué avec cette arme et nombreux sont ceux qui ont renoncé à atteindre un maniement d’expert. Généralement c’est la taille de la bourse qui définira l’aptitude d’une personne à être un bon épéiste ou non. En effet, les plus nobles des sorciers peuvent se procurer les plus belles armes et les meilleurs entraineurs. Néanmoins, certaines personnes dont l’acharnement est sans limite et en possession d’un certain talent peuvent remettre à leur place ces fils et filles de bonne famille qui se croient les plus forts d’entre tous.La création des épées date de l’âge de bronze. Ces premières épées rudimentaires ont bénéficié des progressions techniques apparaissant avec les époques pour arriver aujourd’hui à deux types d’épées largement utilisées par la société sorcière : l’épée et le glaive. Ces deux types de lame ne sont pas bien différentes, mais les sorciers portent souvent leur préférence pour l’une ou l’autre ainsi que les styles qui leur sont souvent associé.L’épée est composée d’une lame à deux tranchants, autrement appelé fil. Du côté épais de la lame le fil s’appelle le fort, alors que du côté le plus fin de la lame se trouve le faible. Généralement, le faible sert à entailler l’adversaire lorsque le fort sert à recevoir les coups de ce dernier. Prenez garde à ne pas vous tromper, sans quoi vous risqueriez d’abimer votre possession. La garde est aussi une des quatre composantes de l’épée. Cette dernière à pour principale but de protéger la main de l’épéiste. A travers les époques divers types de gardes ont été conçus, ces dernières plus ou moins ornementés selon les gouts et les bourses.  Les poignées sont aussi de tous genre et varient fortement selon la bourse. Il peut s’agir d’une simple bande de cuir entourant la fin de la lame, appelée soie, ou même de deux morceaux de bois fixés sur celle-ci. Néanmoins, pour le confort des plus riches, la poignée n’est pas un élément sur lequel les artisans lésinent. En règle générale, deux demi coque adaptée à la soie compose la poignée. Ces deux demi coques peuvent être décorée suite à l’ajout d’une lanière de cuir. La dernière chose composant l’épée, et non la moindre, est son pommeau. Son but est d’éviter à l’épéiste de lui laisser filer l’épée entre les doigts. Une autre utilité que les combattants lui ont trouvée au cours du temps est celle de porter un coup. Le pommeau est plein ou non suivant qu’on désire s’en servir de contre poids, par exemple pour une épée bâtarde longue et surtout lourde. Il est courant que le pommeau soit l’élément le plus décoratif de l’épée. Dans les familles nobles, ce dernier représente l’animal reposant sur le blason de ces dernières. C’est ainsi qu’on retrouve par exemple une tête de dragon sur les épées appartenant aux Peyredragon ou encore la tête d’un lion chez les De Lioncourt.Deux types de coups peuvent être donnés avec une épée, de taille ou d’estoc. La frappe de taille est un coup donné avec le tranchant de la lame. La force du coup et la position de la blessure en déterminera la gravité. Ne croyez cependant pas pouvoir couper une tête en un coup sans une épée d’une lourdeur conséquente et surtout si votre adversaire se défend. L’estoc consiste à transpercer son adversaire avec la pointe de l’arme. Certaines épées ne possèdent pas de tranchants et sont utilisées uniquement dans le but de porter ce genre de coup.Il existe autant d’épée qu’il existe de sorcier. La longueur, la largeur, le style de la garde ou encore la forme du pommeau, tout est ajustable. Néanmoins, nombreux sont les sorciers obligés de se limiter à une épée de taille moyenne à défaut de s’acheter une épée longue de par leur prix plus exorbitants.LES GLAIVES - Une particularité du glaive est que celui-ci est une épée courte d’environ 60 à 90cm de long. Même si à la base le glaive romain avait pour principale but d’assener de puissantes frappes d’estoc, l’alternative utilisé par les sorciers dote le glaive des mêmes atout qu'une épée à une main. Le glaive possède une larme large dans le but d’infliger des blessures profondes, permettant d’infliger des dégâts psychologique à l’adversaire. De nombreuses variantes du glaive ont été commercialisées depuis le glaive romain appartenant aux légionnaires. Pour les sorciers d’aujourd’hui, cette arme est principalement préférée par les sorciers aimant combattre en étant relativement proche de leurs ennemis et ayant un style de combat offensif. Il ne faut pas se méprendre, comme un guerrier avec une lame longue pourra avoir un style de combat de proximité, une personne avec un glaive peut tout autant se battre à distance. Il s’agit d’un style déroutant ayant ses avantages et inconvénients.



ARC A FLÈCHE

    L’arc est une arme de jet servant à lancer des flèches. Il se compose d’une corde ainsi que d’un bois traité pour qu’il soit courbe et flexible. Selon l’arc, le lancé de la flèche sera plus ou moins puissant. Les personnes tirant à l’arc sont respectivement un archer pour un homme et une archère pour une femme. Les archers sont des personnes combattant à distance, il ne faut néanmoins pas les sous-estimer. De plus en plus souvent, pour palier leur infériorité en combat rapproché, les archers suivent un entrainement intensif afin de savoir se défendre seulement équipé d’une flèche. L’archerie est un art compliqué à maîtrisé. Généralement, la formation d’un bon archer prend deux ans d’entrainement intensif. Néanmoins, après ce long apprentissage la personne se servant d’un arc sera d’une forte précision qu’il s’agisse de tir direct ou courbé.La date exacte de l’apparition de l’arc n’est pas précise, certaines découvertes laissent à penser que les premiers arcs datent d’il y a plus de vingt milles ans, mais même les sorciers les plus érudits ne peuvent le jurer. La taille et la forme de l’arc varie selon son utilité. Il existe des arcs très court, généralement utilisé par les cavaliers, comme des arcs très long nommé les Longbow.De l’arc dérive de nombreux dispositifs inventés à travers les âges. Par exemple l’arbalète à été confectionné pour permettre à des non-archers de se servir d’une arme de jet similaire, mais plus facile à maîtrisé. Il est à noté que l’arc à montré sa valeur à de nombreuses reprises lors de siège, lorsque la pluie tombant, les arbalètes cessait de fonctionner pendant que les arcs ne cédait pas. Ainsi, l’arbalète est une arme relativement précise, fort utile entre les mains d’une personne sans compétence pour l’archerie, mais possède ses faiblesses. Avec le temps, des sorciers ont réglés les problèmes de l’arbalète, palliant ses faiblesses à l’aide de la magie ou tout simplement en modifiant ses rouages.Certains accessoires sont nécessaire à l’archer, à l’image du fourreau pour l’épéiste. Le carquois est indispensable ainsi que les nombreuses flèches qu’il contient. Il n’est pas rare de voir des carquois personnalisés aux couleurs d’une famille de noble ou bien portant le blason de cette dernière. Généralement, on pense ce dernier être de forme cylindrique et placé dans le dos. Mais par économie de mouvement complexes, les archers préfère porter leur carquois à la taille ce dernier alors de forme aplatie. Le carquois ne se limite pas au transport des flèches, ce dernier contient aussi le nécessaire de tout bon archer : des pointes, encoches, plumes, colle, résine et autres outils lui étant utiles. Une autre chose que les archers possède est le protège bras, une protection en cuir placée sur le bras tenant l’arc. Ce morceau de cuir permet aux archers de protéger leur avant bras lorsqu’il décoche une corde. Ce protège bras est particulièrement utile pour les apprentis qui n’ont pas encore l’habitude de pivoter leur coude vers l’extérieur pour éviter la corde durant la décoche. Nombreux sont les archers à posséder un protège bras qu’il personnalise aisément selon l’envie. Une dernière chose que les archers utilise est la palette ou le gant. Ces deux éléments servent à protéger les doigts tenant la corde de l’arc. La palette se place sur la main à l’aide d’un anneau autour du majeur, néanmoins les sorciers lui préfèrent généralement le gant qui est moins contraignant pour se servir de tous les doigts de sa main sans avoir à l’enlever.Le principal avantage de l’arc n'est surement pas que ce dernier une fois fait est aisé à entretenir. Durant leur apprentissage les archers apprennent à se servir de leur arme ainsi qu’à la bichonner. Néanmoins, la confection de cette arme est complexe et requiert de la patience. Fort heureusement, l’arc est généralement vendu à un prix fort démocratique. Malheureusement, l’apprentissage est long et complexe, ce qui pousse les sorciers à ne pas s’investir dans l’archerie sur un coup de tête de peur d’y perdre un peu de leur bourse.



POIGNARD

    Le poignard est une arme généralement de proximité, aussi utilisée comme arme de jet, que possède bien des sorciers. Il n’est pas rare de trouver un poignard sous les oreillers des hommes et femmes craignant pour leurs vies au cas où leur assaillant s’emparerait de leur baguette. Aisément dissimulable de part sa petite taille, environ vingt centimètres, nombreux sont ceux aussi qui en portent un en permanence en prévision des situations les plus ardues. La principale différence entre la dague et le poignard est leur longueur, la dague étant la lame la plus longue des deux. Le poignard est une arme rudimentaire à un ou deux tranchants selon le modèle. Très bon marché, on en trouve de toutes les sortes. Des plus rudimentaires, une lame agrémentée d’un morceau de tissu comme poignée. Au plus complexes, gravés ou bien possédant une lame courbée, à deux tranchants, composées de pierreries, possédant des qualités magiques. Cette arme semble exister depuis le néolithique et avoir eu pour principale intérêt à l’époque d’être un couteau, trouvant sa vocation d’arme au fur et à mesure.
  • POIGNARDS ORNEMENTAUX - Les poignards ornementaux ressemblent en tout point aux poignards classique, à cela prêt qu’ils ne servent pas à se battre. Il n’est pas rare d’en retrouver comme décoration dans les maisons de riches sangs purs désireux d’étaler leur fortune. Parti à travers l’Europe les poignards ornementaux préférés sont ceux s’éloignant le plus possible du pays dans lequel on l’exhibe. Ainsi, un poignard suédois sera fort plébiscité chez les grecs alors que les suédois préféreront exhiber des poignards français. Le poignard ornemental à pour seul et unique but d’être beau. Souvent lourd et non équilibré, on peut toujours s’en servir pour se défendre, les artisans s’enorgueillissant de créer les plus belles armes prennent toujours une attention toute particulière pour aiguiser leurs œuvres.
    Un poignard ornemental fort apprécié à travers tous les pays du continent est le jambiya. Jambiya est un terme arabe pour désigner n’importe quel type de poignard qui par extension est devenu le nom d’un poignard particulier à lame courbe. Le jambiya se porte à la ceinture dans les pays arabique et est associés à bien des traditions dans ces pays là. Pour les sorciers, bien qu’ornemental à notre époque, le jambiya est une arme porteuse d’une histoire longue et souvent sombre. Achetée aujourd’hui par les plus riches, le jambiya était utilisé par le passé lors de cérémonie de magie noire ou encore le centre de rituels considérés païens. Encore aujourd’hui, bien que cette arme ornemental à perdue en majeure partie de sa signification, lors de fêtes basées sur d’anciennes croyances il n’est pas rare de voir des sorciers se balader avec une arme de ce type. Reconnaissable entre tous, le jambiya est encore plus reconnaissable de part sa poignée lourdement ornementée. Elle peut-être faite à base de corne de rhinocéros, de bois précieux similaire à celui composant les baguettes les plus chères. La conception d’une poignée de jambiya et les détails gravés dans celle-ci déterminent le statut de son porteur, tout comme sont fourreau.
  • RED VIPER - Le Red Viper est un poignard connu et craint à travers le monde magique. Empoisonnée, cette arme est principalement reconnaissable de part sa lame d’une couleur rouge sang. On dit que sa première détentrice était une sorcière courroucée ayant tué son bien aimé infidèle en lui donnant une soixantaine de coup de poignard, donnant sa couleur si reconnaissable à sa lame. Le Red Viper est un poignard dont la simple coupure réduira le sorcier blessé à faire face à une mort imminente et inéluctable. Aucune des personnes ayant été blessées par cette arme n’a jamais pu en réchapper, ce qui fait du Red Viper un poignard extrêmement désiré par bien des sorciers aux intentions mauvaises. On dit que cette arme sécrète un poison létale lorsqu’elle tranche la chair d’un sorcier, contaminant la plaie de ce dernier et menant ce dernier à la mort. C’est pour cela que ce poignard détient ce nom de Red Viper, la vipère rouge. De nombreux meurtres et règlements de comptes ont été attribués à cette arme, toutefois il semble que bien d’autres ont été oubliés à travers l’histoire. Suite à la morsure de cette vipère, de ce poignard, le sorcier ayant été blessé n’aura qu’une journée à vivre dans les meilleurs cas. Il semblerait que la mort soit donnée par un poison infectant le sang et déréglant tous les systèmes de la personne atteinte. En générale, dans les premières heures on ne ressent pas les effets du poison si ce n’est la légère. S’en suit des heures d’agonies passées entre fibrillation cardiaque, folie causée par la fièvre et paralysie progressive des membres puis du corps dans son entièreté. Ceux qu’on ne tue pas par bonté d’âme finissent par s’éteindre en s’étouffant, leurs poumons figeant leur cours.
  • COUTEAU DE LANCÉE - Il existe une sous-catégorie de lame, proche du poignard, s’appelant couteau de lancé. Comme son nom l’indique, le but de cette arme de jet est d’atteindre une cible à une certaine distance. Ces couteaux sont généralement sans poignée, sans garde, juste composée de la lame à nue, permettant à l’arme de ne pas être trop lourde. Toutefois, par extension, le lancer de couteau peut se faire avec un poignard et tout autre couteau, bien qu’il sera dés lors plus complexe à réaliser. Le lancé de couteau se fait généralement à une distance moyenne de trois mètres pour permettre à l’arme de faire sa rotation. Toutefois, certains lancent leur couteau de plus loin comme de plus près. Comme pour bien des armes, le style s’adapte à la personne s’en servant. Ce n’est pas pour autant qu’un sorcier possédant une piètre force sera capable de lancer un couteau à une vingtaine de mètres sans difficultés tout en atteignant sa cible. Le lancé de couteau est un art fort apprécié lors des soirées festives où les plus téméraires se lancent des défis, comme celui d’atteindre une pomme placée sur la tête d’une jolie fille ou de percer une carafe de vin à une dizaine de mètres. Malheureusement, cette pratique n’étant pas sans danger, il est déjà arrivé plus d’un malheur à cause de sorciers éméchés ayant voulu faire les malins.



HACHE DE GUERRE

    La hache de guerre, bien que moins populaire que l’épée ou le glaive, est une arme fortement appréciée par les sorciers à travers la terre et les âges.  Utilisée depuis la préhistoire, cette arme connue son heure de gloire chez les Vikings et les Francs. Il ne faut pourtant pas croire que cette arme redoutable se limite plus qu’à son utilisation dans l’abatage des arbres. L’art de se servir d’une hache de guerre est un art particulier. La manière de vous servir de cette arme dépendra de votre force, de la forme de votre hache ainsi que de votre style de combat. Vous pourrez tout aussi bien vous servir d’une hache à deux mains à la grandeur parfois impressionnante, ou encore vous en servir comme d’un projectile. Sa confection simple en fait une arme facilement remplaçable, sans pour autant qu’elle en soit de moindre qualité. Composée d’une lame courbée et d’un manche généralement en bois, bien que des variantes existent, nombreux sont les sorciers à pouvoir se procurer une hache de bonne qualité sans pourtant avoir la bourse bien remplie. Il n’est pas rare que les personnes les plus fortunées se permettent de personnaliser leur arme en gravant la lame ou bien incrustant le manche de pierre précieuse ou juste en le recouvrant d’une fine couche de cuir pour en rendre la prise plus confortable, rajouter à son extrémité une pointe pour percer les armures ou rendre la base plus solide afin d’asséner des coups plus douloureux. Il y a autant de hache que de possesseur de hache, seul l’esprit et la bourse de l’acheteur limiteront la confection de cette arme plutôt commune et fort apprécié des gens les moins riches.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

♛. LES ARMES SIMPLES ET MAGIQUES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les armes modernes
» L'ouverture de la salle d'armes
» Choix des armes Battle : Les Cavaliers de Naggarond
» La classification des armes médiévales
» [Web] Bionic'armes : stop-bionicle et bionic'armes infos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Hell ::  :: LES DÉCRETS ROYAUX :: le monde qui est le mien :: le monde magique-