AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez|


♛. LES RELIQUES DU MONDE MAGIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Reine Elvezia
WE ARE BETTER THAN YOU
NEVER FORGET THAT (PNJ)
avatar

WE ARE BETTER THAN YOU  NEVER FORGET THAT (PNJ)

THE MAD QUEEN ♛ Welcome to your life. There's no turning back. Even while we sleep, we will find you. Acting on your best behavior, turn your back on Mother Nature. Everybody wants to rule the world. (PNJ)


MessageSujet: ♛. LES RELIQUES DU MONDE MAGIQUE Mer 11 Juin - 17:35

les reliques du monde magique
“ We could imagine nothing pleasanter than to spend all of our lives digging for relics of the past. ”

LES RELIQUES SONT PRISÉES COMME PROCHE DU DIVIN
Bien des objets ont été  créés à travers les âges dans la société magique. De l’invention des épées, à celle de la baguette magique comme catalyseur, les sorciers ont découverts bien des choses. Néanmoins, certains objets plus que d’autres ont réussi à marquer les âges de par leur puissance et leur histoire incroyable. Ainsi, certains objets autant craints que convoités ont a jamais marqué l’histoire sorcière. Toutes ces reliques ne sont pas entre les mains des plus puissants de ce monde, certaines s’étant perdue à travers les siècles. Malgré tout, il est impossible de ne jamais avoir entendu parler de ces armes et objets magiques, même pour les nés-moldus tant les légendes content diverses versions de la création et de l’utilisation de celles-ci. A ce jour, seule neuf reliques sont toujours, supposément, existante. De ces neuf reliques deux ont disparus depuis un siècle ou plus et beaucoup de sorciers cherchent toujours ardemment à mettre la main dessus.

BAGUETTE DE SUREAU
La baguette de Sureau est une relique magique d’une puissance sans pareil. Connue également sous le nom de Bâton de la Mort ou encore Baguette de la Destinée, il s’agit de la baguette magique considérée comme la plus puissante du monde sorcier. Cet artéfact est l’une des Reliques de la Mort et apparaît d’ailleurs comme élément central dans la légende des trois sorciers. Cette baguette est faite d’une branche de sureau et possède pour cœur un crin de Sombrale. Il est communément accepté que la baguette de Sureau aurait été conçue par la Mort elle-même, comme le veut la légende, ce qui expliquerait sa puissance incommensurable. Une particularité de cette baguette est que pour en devenir le possesseur il vous faut désarmer son ancien maître ou l’avoir tué. C’est ainsi qu’à travers les siècles nombreux furent les sorciers à posséder cette baguette et à mourir peu après souffrant de la convoitise de leurs pairs. Avant que, Merlin ne s’empare de cette arme légendaire. C’est ainsi que depuis de nombreuses générations désormais, la baguette de Sureau appartient exclusivement à la famille royale. Son dernier possesseur en date, Smaug Peyredragon lui-même, a hérité de cette relique à la mort de son paternel devenant ainsi roi à son tour. Ce n’est qu’après avoir reçu Excalibur, à ses vingt et un ans, ainsi que la baguette de Sureau à la mort du défunt roi que le prince héritier peut obtenir son titre de régent. Personne n’oserait aller contre cette tradition et personne ne serait assez fou pour défier le roi actuel ainsi que sa baguette meurtrière.

PIERRE DE RÉSURRECTION
La pierre de résurrection a attirée bien des convoitises à travers les siècles, mais pour des raisons différentes à l’autre Relique de la Mort qu’est la baguette de Sureau. La pierre de résurrection à pour pouvoir de  permettre à son détenteur de voir et communiquer avec les morts lui étant proche. Beaucoup de sorciers et sorcières au cœur brisé tentèrent de retrouver cette pierre dans l’espoir de se réconforter au contact de leurs proches défunts. D’autres convoitaient le pouvoir de cette pierre pour des raisons plus sombre. Les rares possesseurs défunts de cet artéfact témoignèrent à de nombreuses reprises du poids de cet objet. N’est-ce pas le châtiment le plus cruel que de pouvoir voir et entendre les morts sans jamais pouvoir leur rendre la vie ? Nombreux sont ceux qui au contact de cet objets devinrent fou et se tuèrent pour rejoindre leurs proches. C’est ainsi qu’avec le temps, d’un possesseur mort à un autre, la société sorcière se mit tant à redouter cette pierre qu’à la désirer. Il y a environ un siècle, un marin éploré disparu en mer avec la relique et depuis lors, personne ne sait où git cette pierre tant convoitée.

CAPE D’INVISIBILITÉ
La cape d’invisibilité, troisième et dernière Relique de la Mort, n’est pas comparable à n’importe quel cape ayant reçu un sort d’invisibilité. Contrairement à ces pales copie, la cape d’invisibilité malgré les siècles ne s’est jamais détérioré et n’a jamais vu son effet s’amoindrir. Les légendes racontent que le porteur de la cape est impossible à voir et peut se cacher aux yeux de la mort elle-même. C’est ainsi que de nombreux sorciers, principalement des voleurs et espions, ont tant cherché à obtenir cet artéfact. Même si la cape d’invisibilité offre à son possesseur la possibilité de se déplacer sans être vue, cette dernière ne le protège pas contre les sortilèges, même les plus basiques. Ce qu’un sorcier espagnol apprit à ses dépend en essayant de se cacher aux yeux du mari de son amante. Avec le temps, la cape passa de main en main, se transmettant sur une ou deux générations dans certaines familles avant d’être récupérée par d’autres. On dit que le dernier endroit où on a eu vent de la cape d’invisibilité fut la campagne irlandaise à proximité de Dublin, mais cela va bientôt faire cent ans que plus personne n’a entendu parler de la relique. Enfin, cela fin cent ans que le commun des sorciers n’a plus entendu parler de cette relique. Depuis deux générations déjà les Vasirilis conservent précieusement cet objet. Le dernier possesseur en date, Leone Vasirilis, s’en sert pour rien de plus que la cause rebelle dans le plus grand des secrets.

MIROIR DU RISÈD
Le Miroir du Risèd est un miroir magique permettant à la personne lui faisant face de voir ses désirs les plus profonds. Ainsi, ce miroir ne montre pas la réflexion de la personne ne lui faisant face, mais bien ce qui se trouve dans le cœur de ce dernier. Des désirs si profonds, que vous n’en avez pas toujours pleinement conscience. Le nom de ce miroir vient de l’inscription : « Risèd Elrue Ocnot Edsi Amega Siv Notsap Ert Nomen Ej ». Ce qui, à l’endroit, signifie : «  Je ne montre pas ton visage, mais de ton cœur le désir ». Objet volumineux, il est tellement grand qu’on dit qu’il atteint les plafonds de Poudlard, peu de sorciers portèrent un réel attrait à cet artefact car la réflexion des désirs n’est visible que par la personne dont le désir est exposé. On raconte que l’une des précédentes détentrices du miroir du risèd est morte à force de contempler son reflet et l’image de ses désirs les plus profonds. Certains pensent que cette fable aurait pu inspirer l’histoire du célèbre Narcisse dans la culture moldue. Depuis de nombreuses années désormais, la famille Romanova a récupéré le miroir lors d’une vente aux enchères privées et s’en sert pour faire passer des tests aux futurs membres de sa milice. Les sorciers suivant l’entrainement de cette famille, à la dureté sans pareil, se retrouvent forcés de contempler leur reflet dans le miroir après avoir bu une potion de veritaserum. S’en suit un très bref interrogatoire permettant de juger de la loyauté de ce futur membre.

EXCALIBUR
L’épée Excalibur a, depuis son apparition, créé plus de convoitises que toutes les autres reliques magiques réunies. Cette dernière, en plus d’être tout simplement incassable, possède, selon bien des sorciers, des dons plus impressionnants encore. On dit que cette dernière, entre les mains de la bonne personne, serait capable d’absorber les sorts magiques et aurait un effet supérieur à la potion felix felicis. Aucun des guerriers, jugés méritant par l’arme, ne tomba au combat et tout ces hommes extraordinaires réalisèrent des exploits que l’on conte encore aux enfants aujourd’hui. Il a été relaté dans le grimoire : « Contes et légendes pas si imaginaires que ça du monde magique », du célèbre historien Adam Twinfork, que le premier forgeron de la lignée des Valkéryan l’aurait forgé dans sa première tentative. Selon Twinfork, Grisham Valkéryan, laissa derrière lui un manuscrit témoignant de la force de l’épée et aussi de sa dangerosité. Selon les croyances sorcières, l’épée aurait été scellée dans un rocher et abandonnée en terre moldue ou aucun de ces êtres inférieurs n’aurait le pouvoir de la défaire de son socle. Beaucoup prirent Grisham pour un fou, surtout lorsque ce dernier grava sur la lame que la personne capable de la retirer de son socle deviendrait le roi de la Bretagne – et bien plus encore selon son créateur.
Contre toute attente, un moldu prénommé Arthur arriva à s’emparer de l’arme sous les yeux médusés de la société sorcière et de Merlin plus encore. Fêté par ses pairs, le jeune Arthur devint roi avec l’aide de Merlin avant de céder sous la pression, son arme cédant comme sa volonté. A cette époque, l’arme fut récupérer par celle qu’on appelait « La dame du lac ». Septième fille de Grisham, la dame du lac était une sorcière bienveillante et juste. Réparant l’épée à l’aide d’une magie sans pareil, tombant sous le charme de Merlin, elle n’accepta de lui rendre l’épée qu’à une condition, que ce dernier trouve un héritier au cœur pur pour s’en servir. Ce dernier, vaniteux et surtout contre l’idée de jouer encore son destin entre les mains d’un moldu de second rang, récupéra l’arme mais ne tint pas parole. Conservant l’épée pour lui, il l’a transmis à son fils qui l’a transmis à son fils et ainsi de suite jusqu’au dernière roi Peyredragon. Ce dernier reçu l’épée à l’âge de vingt et un ans, comme le veut la tradition, mais n’a cependant jamais pu percer le pouvoir de cette dernière. Consciente de la mauvaise foi de Merlin, la dame du lac n’accepta de lui rendre cette épée que parce qu’elle savait que lui et ses héritiers n’étaient pas digne de celle-ci. Ce qui le pousserait lui et tous les futurs membres de sa lignée à posséder une des armes les plus puissantes du monde sans jamais pouvoir s’en servir. Il court aussi cette légende folle, que les années n’ont jamais pu faire taire, au sujet d’un héritier d’Arthur capable de renverser la lignée de Merlin en la possession de cette arme.

OATHKEEPER
Oathkeeper, troisième et dernière des armes forgée par Grisham Valkéryan lui-même, est considérée comme la petite sœur d’Excalibur et de Durandale. A l’époque, Grisham endetté auprès des Lombardi, offrit cette épée qu’il jugeait la plus réussie, car la moins dangereuse à ses yeux, au patriarche de la famille italienne. C’est ainsi qu’elle fut nommée Oathkeeper, s’assurant que tous les sorciers en son contact garderait leur serment sous peine de se retrouvé décapitée par celle-ci. L’arme resta plusieurs années dans la famille Lombardi avant qu’elle ne soit vendue, causant maints troubles au cœur de cette famille. La vente de cette épée fut la vente la plus impressionannte organisée dans le monde magique. En effet, elle fut vendue pour l’équivalent en or de deux des plus gros bateaux de l’époque. Oathkeeper fut alors donnée d’hommes en hommes, parfois même certains s’en servirent sans même savoir quel était l’arme qu’ils avaient entre les mains. Beaucoup moururent après avoir prononcé des serments idiots, gardant leurs promesses jusqu’à ce que mort s’en suive à cause de cette épée d’après les racontars. Il y a de cela vingt ans, un seigneur irlandais fut jugé par le roi et toutes ses possessions furent saisies avant sa mise à mort. Dans celles-ci se trouvait Oathkeeper. La reconnaissant et témoignant sa gratitude aux Romanova et leur soutien infaillible, Smaug Peyredragon leur en fit don. Depuis lors, tous les membres de la milice des ombres des Romanova jurent fidélité au roi et à la couronne avant leur intronisation dans les rangs sur cette même épée possédée par Aleksander Romanova.

DURANDALE
La célèbre épée Durandale est la petite sœur d’Excalibur. Forgée la même nuit, mais dans des conditions légèrement différentes, Grisham Valkéryan en fit cadeau à sa première fille. Cette dernière, une sorcière au cœur doux et délicat, s’éprit d’un chevalier moldu prénommé Roland. Consciente de leurs conditions respective, à défaut de pouvoir l’aimée elle fit de son mieux pour le protéger. L’histoire raconte qu’elle lui aurait fait cadeau de Durandale afin qu’il ne puisse mourir au combat. L’épée, considérée comme détentrice d’une loyauté sans pareil, se serait attaché à son maître avec lequel elle partagea de nombreuses batailles. L’épée posséderait des pouvoirs légèrement moins puissant que sa sœur Excalibur, mais tout aussi convoité. Entre les mains d’un maître à qui elle offrirait sa loyauté, Durandale serait incassable et augmenterait légèrement la force de son détenteur. Roland, finit par être blessé malgré cette relique en sa possession, ce dernier refusant de laisser son amie à l’ennemi tenta de la briser. Abattant la lame à plusieurs reprises contre de la roche, il fut bien incapable de seule en abimer le fil. Dans un geste de rage et de désespoir, il lança l’épée espérant qu’elle tombe en contrebat et se perde à jamais, il fut abasourdi lorsque cette dernière disparu dans les airs. Durandale, comprenant le souhait de son maître alla se planter dans le rocher de Notre-Dame de Rocamadour à des centaines de kilomètres de là. Il ne fallu pas bien longtemps avant que des sorciers indignes ne repèrent l’arme dans la roche et ne tente de la récupérer. Tentant d’arracher l’épée de la roche, utilisant des sorts pour l’en faire sortir, il finir par faire éclater le rocher dans lequel elle se trouvait afin de la récupérer. Néanmoins, Durandale la magnifique avait perdue de son éclat. Rouillée, partiellement brisée, cette arme faisait peine à voir. Ainsi, les légendes racontent que la perte de son défunt maître et les affronts que ces sorciers lui avaient fait en l’empêchant de se reposer aurait fait que l’arme se serait laissé dépérir.  Depuis lors, Durandale n’est plus qu’une arme rongée par la rouille et inutilisable. A travers les années bien des sorciers ont mis la main dessus sans jamais réussir à lui rendre de son éclat. Dernièrement, la famille de Lioncourt l’a racheté lors d’une séance d’enchère et l’exhibe peu désireuse de la remettre en état.

ORCINUS
L’Orcinus, une boussole magique, est un artéfact fort convoité par les sorciers ayant perdus des choses leurs étant extrêmement précieuses ou désireux de découvrir de nouvelles choses. En effet, la relique n’indique pas le nord, mais bien la direction de la chose que désir le plus le sorcier la tenant jusqu’à s’affoler lorsque le sorcier se trouve à proximité de l’objet désiré. Personne ne sait exactement à quand date la création de cette boussole, ni qui a bien pu concevoir cet objet. Dés légendes folles courent à ce sujet, mais semble bien trop farfelues que pour être crues. Tout ce qu’on sait, c’est que le célèbre sorcier et navigateur Christophe Colomb se servit de cette boussole pour trouver le nouveau monde. Contrairement à ce que les moldus peuvent bien penser, le sorcier cherchait une nouvelle terre afin d’agrandir l’empire espagnol ainsi qu’une possible main d’œuvre. Ce que la boussole, reçu de son père qui l’avait avant lui reçu d’un navigateur suédois, lui permit de faire. Cette boussole est reconnaissable entre toute de part sa très petite taille ainsi que les mots gravés sur le rebord de celle-ci : « Je trouverai ce que tu cherche ». Mots qui sont lisibles dans toutes les langues grâce à un sort magique inconnu. Sa couleur dorée et son cadran ancien aux aiguilles en or lui donne un style ancien et à la fois très riche. Tout bonnement incassable, cette boussole a traversée les âges avec les navigateurs. Allant de l’Angleterre à la Grèce avant de remonter jusqu’à la Russie. Il parait que la dernière personne à avoir possédé cette boussole était une française qui la portait comme médaillon. Mourant dans d’étranges circonstances, cette dernière ne laissa qu’un voile épais de mystère autour de la boussole que les Von Rosen réclament comme étant un du. Ces derniers affirmant qu’elle a été conçue par un des ancêtres de Lisbet, la femme de Jörgen Von Rosen, et qu’elle doit revenir à leur héritier. Malheureusement pour eux, cela fait déjà plus de cent ans qu’on n’a plus vue cette boussole et personne n’a la moindre idée du lieu où elle peut se trouver.

DIADÈME RAVENCLAW
Le diadème des Ravenclaw est un objet symbolique dans cette famille matriarcale. Appartenant premièrement à Rowena Ravenclaw elle-même, le diadème porte l’inscription « Tout homme s’enrichit quand abonde l’esprit ». La croyance populaire veut que le diadème rende plus intelligent qu’elle ne l’est déjà la personne le portant. L’intelligence étant un trait d’esprit depuis lors assigné aux Ravenclaw. Ce diadème n’est pas toujours resté dans la famille, suite au vol que commis  sa propre héritière, Rowena perdit l’objet et décida que seul la membre de la lignée la plus méritante pourra recevoir l’honneur d’être héritière. Pendant quatre vingt ans, le diadème fut perdu avant que la première héritière de Rowena ne le récupère dans une forêt d’Albanie ou sa sœur l’avait caché. Depuis lors, le diadème des Ravenclaw est un des trésors les plus précieux de cette famille, mais toujours moins précieux que l’intelligence de ses descendants. Ce n’est qu’à la prise de la décision quant à la prochaine héritière que la sorcière choisie reçoit le diadème qui représente dés lors sont titre de dauphine des Ravenclaw. En possession des Ravenclaw depuis sa récupération il y a de cela des siècles, la dernière personne en date à avoir hérité de la relique n’est autre que Morrigan Ravenclaw, futur matriarche de la famille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://badbloodbitches.forumactif.org

♛. LES RELIQUES DU MONDE MAGIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Riesling du monde!
» vente pantalon magique
» Championnat du Monde Mah-jong
» Le Livre des Merveilles ("Le Devisement du Monde") - Livre premier
» Oh-dead: une baguette magique?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Hell :: CORBEILLE. :: CORBEILLE.-